Hitman Absolution : critique du jeu

Créé et réalisé par Tore Blystad, Hitman: Absolution est un jeu vidéo d’infiltration en vue à la troisième personne. Développé par IO Interactive et édité par Square Enix, il était accessible sur PlayStation 3, Xbox 360 et Windows depuis novembre 2012. Il s’agit entre autres du premier opus de Square Enix et le premier jeu de la série disponible sur la PlayStation 3.

Qu’en est-il du contenu du jeu ?

Le jeu plonge le joueur dans la vie plein de mystères et de la quête personnelle de l’Agent 47, le protagoniste de la série. L’histoire se déroule après l’éventuelle trahison qui se passe dans son agence. Le chef de l’Agence, Benjamin Travis, lui a envoyé en mission pour tuer Diana, son ancienne collègue, dans sa villa. Quand elle a pris sa douche, il lui tire une balle. Elle est agonisée alors qu’elle a été en charge de la protection d’une jeune fille dénommée Victoria. C’est la raison qui l’incite même à trahir l’agence. Ayant le doute sur son acte, il a décidé de rompre tout contact avec l’Agence tout en ne connaissant même pas le sort de Diana.

L’action de la première partie du jeu se passe à Chicago. L’Agent 47 a caché Victoria dans un orphelinat religieux. Mais il s’avère qu’un mystérieux objet se trouve sur le cou de la jeune fille, et sans cela, elle devient fragile. 47 veut ainsi fouiller la raison pour laquelle la jeune fille est poursuivie par des mafieux. Même jusqu’à l’orphélinat, Victoria court toujours le danger.

La deuxième partie du jeu se déroule à Hope, siège de Dexter Industries, une compagnie de fabrication des mines et des explosifs appartenant à Dexter, un homme d’affaires. 47 y va pour récupérer ses Silverballers.

hitman-absolution-critique

La dernière partie revient à Chicago, à Blackwater Park, un building propriété Dexter. Plusieurs millions de dollars de Dexter ont été déposé au nom de l’Agence par Travis en échange de la jeune Victoria. Mais 47 arrive à temps pour la sauver. Des affrontements et des assassinats s’alternent durant toutes les péripéties d’action.

Les critiques sur Hitman : Absolution

Hitman : Absolution a subi un premier lancement maladroit avec une bande annonce totalement stupide. Après avoir réessayé, Square Enix a pu fournir une version preview plus conséquente pour la prochaine aventure de l’Agent 47.

Le joueur devra maîtriser un personnage pour le tuer ou seulement l’endormir. Les graphismes du jeu sont impressionnants surtout la gestion des foules et les environnements très variés. Il s’agit d’un véritable jeu d’infiltration à l’époque où il est en manque affreusement. Le gameplay présente une agréable expérience sur la carte. Les cinq niveaux de difficulté sont performants, offrant la possibilité de s’amuser aux débutants comme aux plus férus. Pour réussir les vingtaines de mission, pensez à passer 20 à 25 heures sur le jeu avec une possibilité de rejouer. Seulement, la progression est très lente. La bande son est excellente, de la bande originale aux doublages, en passant par les dialogues. Du côté des scénarios, tout se passe à merveille. Les mises en scène sont parfaites.